21 juin 2007 Gloups déjà!

Je me lève tôt ce matin, 7h00 le réveil sonne. Aujourd'hui je voulais absolument travailler, être occuper pour que le temps passe plus vite, mais je commence déjà à regretter! ca fait 2 jours que je ne cesse de regarder ma montre, je vais toutes les heures sur le site de la fac pour voir si les résultats ne sont pas tombés. Je travaille une petite heure au lycée ou je suis au secrétariat du bac. A 8h je suis déjà à la maison, je décide d'aller me recoucher, le temps passera peut être un peu plus vite...

11h je me réveille. Bien sous ma couette j'essaie de me mettre en situation. Comment vais-je réagir? Je n’ai pas beaucoup l'habitude de me prendre un échec en pleine face. Est ce qu’une fois dans l'année je parviendrais à retenir mes larmes? Je n'ai du mal à y croire! Pourtant je m'y suis préparé à ce dénouement, à ne pas l'avoir ce foutu concours!

11h30 Je décide enfin de me lever, sans entrein je descends dans la salle à manger. Je m'affale devant la télé.

J'irais à 14h30 on verra bien! Maman n'arrête pas de me jeter des regards en coins, inquiète. Surement se demande t-elle déjà comment elle va me consoler.

Elle ne comprend pas pourquoi je ne veux pas aller voir si les résultats ne sont pas sur internet! Moi non plus remarque, mais je ne veux pas! Sur l'écran c'est trop brutal!

Je repense à Tom qui la veille m'a demandé de prendre ça cool. Après tout je l'ai toujours dit " pour une pauvre ES qui le passe pour la première fois c'est normal de ne pas l'avoir" maintenant il ne suffit plus de le dire, il faut que je le pense vraiment!

Pourtant, il reste toujours un petit espoir tenace!       

14h20 Maman ne tient plus, elle a fini de corriger ses copies de bac.

15h les résultats ne sont toujours pas affichés mais déjà un grand nombre d'étudiants se pressent devant les marches, se mordant les lèvres d'angoisse. Beaucoup sont redoublants, c'est leur dernière chance, leur avenir se joue un peu cet après midi. L'année dernière ils étés tombés à midi, ils ont du retard...

Pour échapper un peu à l'ambiance morose, on va faire un petit tour, sous la pluie, dans les rues de Nantes. On échange des paroles sans grand intérêts, nos pensées sont ailleurs. Un jus de fruit. On essaie de rire de ce qui nous arrive les nerfs sont tendus: je n'ai pas eu de grigris cette année, je dois être l'une des seules, je n'ai comptée que sur la vitamine C et le vaccin contre la grippe. Mais aujourd'hui il ne me reste plus que ça! Quand on est montées dans la voiture, Maman s'est exclamée "Oh non regarde les cochons!" En effet une bande d'oiseaux s'étaient acharnées sur notre voiture! Alors pour détendre l'atmosphère j'ai déclarée "Ah c'est rien c'est un signe du destin" Sur le coup, ça nous a fait bien rire.

En reprenant le chemin de la fac, le temps d'une discutions, enfin d'un monologue j'ai recensé toutes les raisons qui feraient qu'à côté de mon nom serait marqué "refusé" comme pour me donner du courage, pour me dire que j'avais fait tout ce que je pouvais.

Il faisait, à présent un magnifique soleil.

16h Je n'avais plus le choix, il fallait de rendre devant le fait accomplit. A 100m la foule d'étudiants multipliée devant les portes me confirmait maintenant que les fameuses feuilles avaient étés collées.  Nous pressons le pas.

" Viens avec toi ou je reste là"  demande t-elle. " Heu tu restes pas loin" lui répondis-je. La cohue rendait l'accès impossible aux résultats, pourtant ça y est je veux savoir!

Je me faufile entre les jambes, ça y est j'y suis, plus que 50 cm, je peux maintenant lire. Mais dans quel sens sont ces feuilles? C'est par classement? Je commence par le début, par la fin? Ouf une petite place se libère. Il y a aussi un classement par ordre alphabétiques, encore un petit effort et je peux lire mon nom. On me repousse je l'ai perdu, je joue des coudes. Je le retrouve et en face " non classé". Bon, le silence se fait dans ma tête. Je ne réagis pas, pas de gorge nouée, c'est ce que je m'étais imaginée. Comme j'ai pu me rapprocher un peu plus, je re-regarde, je recompte les lignes une, deux, trois, mon nom, une, deux, trois, classée. Oula, loupé c'est quoi ça? Je recommence mais non c'est bien e qui est écrit!! Classé en face de mon nom!! Toute sonnée je ressors de la foule que se presse, mon cœur bat la chamade, je ne peux pas laisser éclater ma joie, je ne comprends plus très bien. En face maman, elle fait une drôle de tête "Maman, je crois que je l'ai dis-je toute abasourdie." Visiblement surprise "Non c'est pas vrai!" Elle me prend dans es bras l'espace d'un instant puis elle a disparu. Elle est partie vérifié, on vérifie chacune trois fois.

Coup de téléphone rapide à la maison Papa est tout ému, je l’entends à sa voix. En repartant, on coince le ticket du parking dans l'horodateur, un autre jour ça aurait été moins drôle mais là...

Je passe chez Thomas sur le chemin du retour, je ne peux m'empêcher de lui sauter dans les bras." ah ba c'était bien la peine de nous embêter autant avec ça!" me dit il un grand sourire aux lèvres. Venant de lui, je le prends bien, il faut le connaitre... C'était tellement surnaturel de venir lui annoncer à lui que cette année cauchemardesque, finissait finalement bien.

Voilà, puis les coups de téléphones, les larmes (de joies cette fois), un resto entre amis le même que celui ou on avait un an plus tôt fêté notre Bac, la fête de la musique. C'était comme si ce jour le plus long de l'année avait fait passé toute l'année d'un seul coup. Une seule petite "classé" effaçait à lui seule toute la mélancolie des 10 mois précédents.